10 Mai 2022

Clic clac, clic clac.....

 

Aujourd'hui 10 Mai, troisième café, me voilà devant l'ordi à me familiariser à nouveau avec la gestion de Collection d'horizons. Quand je vois la maîtrise de Yann mon gendre en matière d'informatique, je me dis qu'avant de devenir excellent dans le domaine, j'ai de la marge !!!

Demain, c'est le grand départ, plusieurs mois sans la famille, les copains mais accompagné  de ma partenaire de choc ,Dedette.

Le nomadisme permet  de se recentrer sur les besoins universels des humains en mouvance permanente :

La destination du jour, la découverte de nouvelles routes, le coucher du soir, le repas, le prendre soin de l'autre, la rencontre  avec l'inconnu, le récit écrit de notre histoire pour ne pas oublier, le câlin excellent pour la santé ! 

Les  infos anxiogènes disparaissent, et comme dirait Mister Mat nous serons  avec enthousiasme "à contre-courant de l'avis des soi-disant spécialistes vendeurs de sale temps".

L'excitation et un léger stress font partie du jeu, et nous sommes impatients de commencer cette aventure Française.

Mon coup de pédale s'est bien amélioré depuis le début de l'année  ou pour ne rien vous cacher, j'ai eu à un moment de réels doutes sur mes capacités à me lancer  dans ce nouveau trip. L'entraînement régulier a porté ses fruits, me voilà maintenant plus confiant... Dans quelques semaines, je saurai  si le physique  tient bon ! 

Dedette prépare à merveille les mille et une choses à emmener, et s'imagine déjà au guidon de l'envol qui passait depuis quelques années une pré-retraite confortable.

Qui vivra fera ;-))

Souries à la vie

11 Mai 2022

13H51, je suis réveillé et je sens que c’est du définitif. Pourtant pas de quoi s’inquiéter, on a fait de notre mieux pour être au point sur cette nouvelle histoire. Fais le maximum sur les choses sur lesquelles tu as la main, pour le reste fait confiance au destin :-)

Mais la nature humaine est ainsi faite, dans la nuit s’invite bien souvent des questions considérées comme importantes sur l’instant mais d’une priorité toute relative...

5H30, c’est un peu tôt, mais j’en ai marre de rester au lit. Ca me laissera du temps pour le petit déj et ajuster les dernières bricoles. Désirant réaliser une vidéo de notre périple, le matériel vidéo, l’informatique prennent… un peu de place. Un nouveau drone a remplacé celui qui a décidé de couler des jours heureux dans les eaux froides du Svalbard au grand dam de ses propriétaires ( !!! )

On essaiera d’être meilleur pour cette fois.

Je regarde la météo ; pour être peinard, il me faudrait un petit vent Nord Est afin de l’avoir dans le dos. Devinez, c’est un vent Sud Ouest ; bon, sur toutes les étapes, tu ne vas pas te plaindre à chaque fois que dame nature ne veut pas céder à tes caprices !!!

Je décolle vers 8h, Dedette partiras environ deux heures plus tard. La direction du jour est Marans en Charente. La distance est d’environ cent kms et j’ai hâte du ressenti au niveau physique. Le mont des Alouettes est enveloppé de brouillard vite dissipé après la descente.

Le GPS vélo acheté il y quelques semaines, ne me satisfait qu’en partie. Les circuits proposés sont exclusivement sur petites routes, ce qui est à priori sympa, mais en allongeant considérablement les distances. D'où l’obligation de faire une cote mal taillée entre ce qui est proposé et une distance raisonnable. Il n’y a pas, dans la vie, il est bien difficile d’avoir le beurre, l’argent du beurre, avec le reste en bonus !

Alors pour ce matin, le menu était un panaché entre quelques petites routes bien sympas sans circulation et quelques axes beaucoup plus fréquentés et forcément moins sexy.

Malgré l’apéritif des voisins hier soir, la forme du jour est excellente, je suis heureux d’avoir pris de l’EPO, non je déconne !

A ce sujet, le sport est l’occasion de tester ses capacités à tout âge, mais l’apport de dopants gâche l’intégrité et la valeur des performances…

De mon coté, ce matin c’était figues, abricot secs, bananes. A mon arrivée au camping, le ressenti au niveau fatigue est minimum pour mon plus grand bonheur.

Dedette est déjà là avec l’envol, j’ai comme l’impression que malgré le handicap de départ, je vais être abonné à la place de deuxième.

A notre arrivée, le camping est quasi vide, les emplacements verdoyants, la température agréable, si ce n’est pas ça le bonheur, on est n’est pas très loin :-)))

En après-midi, nous  voyons arriver pas mal de cyclistes ; nouvelle mode ou le prix de l’essence ???

Fin de journée, nous allons vers la venise verte au Mazeau. Voilà un havre de paix ou le calme règne en maître. Le bar ou nous prenons un verre n’est pas bondé (…) et les tarifs donnent le sourire. Le barman respire la gentillesse et la bienveillance. Les humains ont besoin de sérénité et de prendre leur temps. Les grandes métropoles sont bien souvent aux antipodes de ces ambiances.

Il est seulement 21H35 mais le réveil à 3h50, les cent kms me rattrapent, le sommeil est en phase de gagner la partie...

Faisons de beaux rêves en deux ou trois  roues ;-))

Le grand départ
Le grand départ !
Venise verte  (5)
Venise verte  (4)
Venise verte  (2)
Venise verte  (3)
Venise verte  (1)
Premier camping Marans

12 Mai 2022

La nuit porte quelque fois conseil mais par dessus tout, elle balaie la fatigue d’un revers de paupières.

Pas de bicyclette aujourd’hui, une balade moto est prévue à la Rochelle situé à une trentaine de kms.

Ville millénaire fortifiée et grand port maritime de la région, elle est aussi très appréciée des touristes profitant de points de vue remarquables sur le port, ses remparts. Nous sommes déjà venus ici plusieurs fois mais nous nous y baladons toujours avec plaisir. Etant un jour sur semaine hors période de congés, nous évitons la foule avec joie !

L’orgue de l’église Saint louis pour le lequel la rénovation s’est terminée en 1995 est magnifique.

L’hotel de ville n’est pas en reste. Détruit par un incendie en 2013, il a refait peau neuve en six ans à l’identique de l’ancienne version renaissance !

En marchant dans la ville, nous sommes très surpris du nombre de vélos, trotinnettes, voir tricyles en tout genre. La Rochelle est une ville plate, ce qui favorise les pratiques non motorisées, et les vélos électriques donne un sérieux coup de… mollet supplémentaire. Plus vraiment question de se fier au bruit pour traverser la route. Entre les pistes cyclables, les couloirs de bus, les voies motorisés, les parties piétons, la vigilance est de mise. Pas de critique dans mes remarques, juste un vrai changement pour nous qui sommes rarement piétons.

Nous pique-niquons près de la centrale de bus qui ne brille pas par son charme mais pas trop envie de changer l’emplacement de l’envol ni de trimbaler la glacière trop loin.

Nous nous retrouvons peinard assis sur un banc avec en guise d’apéro un bon petit verre de vin servi par notre cubis pour le quel nous faisons tout de même dans la discrétion !

Une femme la cinquantaine nous aborde juste pour parler… A priori seule, venant de la DDASS, elle pose son sac puis s’impose quelque peu en se lamentant sur sa situation. Nous échangeons un petit quart d’heure puis nous lui faisons comprendre gentiment que l’on a envie de manger tranquille. Elle nous quitte alors sans insiter ; toujours triste de voir ces personnes écorchées de la vie.

En fait, une centrale de bus est un endroit formidable pour contempler le monde dans toute sa diversité ; pas de nature mais de l’humain en abondance, chacun avec son histoire...

 

Avant de quitter la Rochelle, nous nous dirigeons vers la gare pour faire quelques clichés de ce très bel édifice. Un gros 4X4 Jeep s’arrête dans une rue adjacente puis recule sans regarder le petit side-car dèrrière son énorme jeep. L’attache cable pour le remorquage tape assez fort le nez de l’envol. Merci Albert (le constructeur) d’avoir mis la dose au niveau fibre, la peinture est abimée sur quelques cms et la fibre fêlée sur trois cms. Le conducteur me dit :

 

- Ce n’est pas moi qui aI provoqué ses dégâts !

- Msieur, la peinture blanche sur votre attache, vous l’aviez avant ?

- Euh non !

- Je préfère…

 

La voiture étant une voiture de société, il préfère établir un constat. Après quelques échanges, nous finissons sur un paiement de main à main qui satisfait les deux parties. Allez, pas bien grave, on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs !

 

En soirée, lors de la mise à jour de collection d’horizons, je brasse un peu beaucoup passionnément, à la folie, juste pour mettre les photos. Il y a des soirs comme ça !!!

 

L’apéro se fit tardif, en vacances, il n’y a pas d’heure ;-))

Eglise Saint Louis
Eglise Saint Louis
press to zoom
Orgue Eglise Saint Louis
Orgue Eglise Saint Louis
press to zoom
Hotel de ville La Rochelle (3)
Hotel de ville La Rochelle (3)
press to zoom
Hotel de ville La Rochelle (1)
Hotel de ville La Rochelle (1)
press to zoom
Dedette sous le soleil !
Dedette sous le soleil !
press to zoom
Porte de la grosse horloge
Porte de la grosse horloge
press to zoom
Amiral Duperre
Amiral Duperre
press to zoom
Tour de la Rochelle
Tour de la Rochelle
press to zoom
Port de la Rochelle
Port de la Rochelle
press to zoom
1/2

13 Mai 2022

Vive les règlementations !

 

L'étape du jour fait 113 Kms ;  je n'ai pas fait ça depuis une étape des Alpes avec Julien en 2019. A la différence près qu'aujourd'hui c'est en plaine, pas en montagne. Avant le départ,  petit échange avec notre voisine de camping seule avec sa camionnette aménagée. Elle recherche comme nous les campings  municipaux ou le minimum est préférée au maximum... J'y reviendrai.

Le temps passe toujours très vite, je décolle à 9h30, il ne faut pas plus tard pour éviter les températures élevées, et profiter du vent bien souvent plus faible en début de journée. En vélo, un vent de face épuise son homme  et casse la moyenne. Dans le dos, on se sent champion :-))

Dedette partira deux heures après moi, le rendez-vous est donné à l'embarcadère de Royan pour prendre le bateau pour le Verdon.

Ce matin, le gps vélo marche au top, c'est la première fois, j'en suis ravi. Ou il s'est adapté à son propriétaire ou celui-ci n'avait pas tout compris au départ. J'opterais pour la deuxième solution :-((

Deux cents mètres avant l'arrivée au bateau, j'aperçois Dedette qui arrive en même temps ; quelle synchronisation !!!

Pour la prise de ticket avant d'embarquer, je reste avec elle afin les prendre  ensemble. 

La guichetière : 

- Ne restez pas là, c'est dangereux pour les cyclistes, prenez la voie réservée au vélo.

Formidable, les véhicules sont à deux à l'heure, et c'est dangereux...

En me dirigeant vers le "bon endroit", je rencontre une jeune gendarme à qui je fais part de mon étonnement, voir  mon agacement :

- Bonjour Madame, trop de  sécurité  frise  l'excès, vous ne pensez pas ?

Pas de réponse, là j'ai juste envie de lui dire, mais je m'abstiens :

- Vous êtes un robot ou une vraie personne ???

Le formatage dans la vie professionnelle m'est difficilement supportable, il va falloir que je m' habitue...

Monter dans un bateau quelque soit la durée de la traversée a un toujours un succulent goût d'aventure dont on ne se lasse pas.

Huit petit kms, nous voilà en Médoc,  c'est le moment du pique-nique. Dedette  dans les derniers véhicules débarquant  s'arrête quelques instants en me proposant de faire la pause  repas à quelques mètres ou des tables sont aménagées. Une voiture de police arrive :

- Vous êtes mal arrêtée, vous gênez la circulation.

- J'en ai pour deux secondes, et puis tout le monde est débarqué.

- Circulez tout de suite, c'est dangereux, vous savez que je peux vous mettre un PV Madame (bande jaune sur le trottoir)!

Ouh lala, c'est vraiment dangereux partout ici !!!

Pendant le déjeuner, je fais un petit essai avec le drone pour faire un plan :

Message : vous êtes dans une zone réglementée acceptez les conditions suivantes..... merci de mettre le code que avez reçu sur le portable, utilisable pendant cinq minutes !!!

Formidable, j'ai fini par me demander si j'avais le droit d'avoir la casquette bidule sur la tête !!!

Quinze kms en guise de digestion pour rejoindre le camping de Soulac sur mer. C'est un quatre étoiles, on n'a pas trouvé moins bien.

- Bonjour Msieurdame, on va avoir un problème pour la barrière automatique, celle-ci détecte les plaques numéralogiques à l'avant

- Ben oui, mais sur le side-car, il n'y en a pas !

- On va vous donner le code d'entrée.

- A la bonne heure.

En soirée, nous dînons au resto de cet immense complexe. 

En y arrivant , l'accueil est surjoué, excessif , voir saoulant ! Ces jeunes gens sortent sans aucun doute d'un stage d'accueil du groupe Sandaya.

Vous  trouverez peut-être  mon jugement  sévère, mais la relation humaine se fait bien plus par l'éducation, l'instinct, la réelle bienveillance que par des, encore une fois, cours magistraux  formatant à la même recette tous les intervenants.

Vous le savez, la compréhension de l'humain  me passionne  et j'aime avoir un regard critique sur l'évolution de nos sociétés .

Malgré ces états d'âmes, j'ai tout de même envie de dire : 

 

Elle est pas belle la vie !!! 

Embarcadère Royan
press to zoom
Embarcadère Royan 1
press to zoom
Sur le bateau !
press to zoom
Après l'effort....
press to zoom
La digestion après le pique-nique !
press to zoom
Soulac sur mer (1)
press to zoom
Soulac sur mer (2)
press to zoom
1/1

14 Mai 2022

Après une excellente nuit dans notre palace (…), un petit déj à rallonge, la matinée est plutôt cool. Collection d’horizons a reçu les dernières infos, il est 11H45, on déjeune sans tarder pour garder un après-midi avec l’envol !

Le circuit se fait dans le parc régional du Médoc. La première halte est au phare Richard le long de l’estuaire de la Gironde. Le trafic est faible, plusieurs cabanes de pêcheurs y sont installées dans un environnement très proche.

L’endroit est d’une  propreté digne d’un espace vert Suisse ou Autrichien. Ce phare mis en service en 1845, en même temps que le premier bateau feu domine l’estuaire à 18 m de haut. Abandonné en 1953, c’est un groupe d’adolescents qui décide de le restaurer à partir de 1982.

L’arrêt suivant est au Port de Richard, minuscule port comme il en existe plusieurs le long de l’estuaire Celui-ci est aujourd’hui une plateforme de préparation et de transfert de naissains, jeunes huitres pêchées ici pour être ensuite élevées dans le bassin d’Arcachon.

Le village est calme, ici le temps semble s’être arrêté il y a bien longtemps. Dans le même esprit, un peu plus au Sud, le Port de la Maréchale nous permettra d’acheter du carrelet dans une poissonnerie tenue par une dame d’un âge certain. Les petits enfants sont à la tâche…. à l’ancienne. La spontanéité est reine, on aime, on n’aime pas, mais au moins ici, l’accueil est unique… Vive la diversité !!!

Sur les routes, nous traversons d’immenses vignes entrecoupées de forêts. Le vignoble Médocain avec ses 16500 hectares est sans doute l’un des plus célèbres au monde. Pour ne nommer qu’eux, Château Latour, Margaux, Lafite Rothschild, Mouton Rothschild, proviennent du médoc ! De nombreux grand cru y sont élevés…

La fin de l’après-midi se finira à Montalivet Plage dans un cadre cette fois-ci 100% balnéaire . Connu pour sa plage, son immense camp naturiste, son plus grand rassemblement Harley Davidson d’Europe, on est loin du calme des domaines viticoles et des petits ports de pêche. Pas fait pour nous déplaire non plus !

 

Pour la première fois depuis notre séjour, la pluie s’invite en soirée, mais dame nature nous a fait le cadeau d’attendre que le repas soit fini :-))

Le hasard fait quelque fois bien les choses ;-))

 

Petit déj à Soulac sur mer (1)
Petit déj à Soulac sur mer (1)
press to zoom
Petit déj à Soulac sur mer (2)
Petit déj à Soulac sur mer (2)
press to zoom
Chevaux du médoc
Chevaux du médoc
press to zoom
Vers la Pointe de Richard
Vers la Pointe de Richard
press to zoom
Phare de Richard
Phare de Richard
press to zoom
Cabanes de pêcheur (2)
Cabanes de pêcheur (2)
press to zoom
Cabanes de pêcheur (1)
Cabanes de pêcheur (1)
press to zoom
Un château parmi tant d'autres
Un château parmi tant d'autres
press to zoom
Petit port estuaire de la Gironde (2)
Petit port estuaire de la Gironde (2)
press to zoom
1/2

15 Mai 2022

Pas mal de vent aujourd’hui, qui plus est, du Sud, notre direction.

Un départ vers 8h s’impose avant que celui-ci ne se renforce. Dès le lever du jour, on s’affaire pour être prêt dans les temps.

Pour moi qui adore manger, faire ce genre de challenge est extra pour les repas ; le petit déjeuner est plutôt un déjeuner : oeuxfs sur le plat, fruit, pain beurre, galettes, yaourt confiture café sucré !!!

Nous avons trouvé une réservation à Lege-Cap-ferret avec Home camper (planter sa tente chez l’habitant). Environ 90 kms à parcourir, le GPS vélo me fait brasser du vent au début du parcours avec plusieurs demi-tour, je finis par l’abandonner pour aujourd’hui.

Je le remettrai à l’arrivée pour l’adresse de notre coucher. Si seulement, il pouvait fonctionner comme mon gps moto de dix ans…

Vendays Montalivet, Hourtin, Lacanau, Le Porge, Lege, c’est toujours droit et plus plat, tu meurs…

L’année dernière en tandem, on avait déjà fait la côte dans cette région.

Une remarque me saute aux yeux en traversant le Médoc, les villages n’ont pas de périphérique. Préservation des sites naturels, ou des lieux d’exploitations vinicoles ???

Arrivés sur Lege Cap Ferret, il est midi, c’est un peu tôt pour prendre possession de notre réservation.

A tout hasard, on appelle les propriétaires.

- on est absent jusqu’à ce soir, mais vous pouvez entrer ; le portail est ouvert ainsi que le garage.

Installez vous ! Fermez juste  pour éviter que les cocotes  s’échappent !

 

L’endroit est super, nous passons la soirée avec Françoise et Dominique des personnes à l’accueil juste irréprochable !

 

Pas d’autres photos que l’endroit de notre hébergement, on y était trop bien !!!

Gîte de Lege Cap Ferret ! (4)
Gîte de Lege Cap Ferret ! (4)
press to zoom
Gîte de Lege Cap Ferret ! (2)
Gîte de Lege Cap Ferret ! (2)
press to zoom
Gîte de Lege Cap Ferret ! (3)
Gîte de Lege Cap Ferret ! (3)
press to zoom
Gîte de Lege Cap Ferret ! (7)
Gîte de Lege Cap Ferret ! (7)
press to zoom
Gîte de Lege Cap Ferret ! (1)
Gîte de Lege Cap Ferret ! (1)
press to zoom
1/1

16 Mai 2022

Ce début de semaine est consacré à la célèbre pointe du Cap Ferret.

Ultime séparation du bassin dArcachon avec l’océan, l’endroit est réputé pour ses côtes magnifiques, ses villages d’ostréiculteurs. 

Le Cap Ferret est passé en quelques décennies de petit port de pêche en un chic village résidentiel. D’après les dires de nos hôtes, la circulation y est le plus souvent encombrée, voir impossible en été. Ce qui n’a pas empêché Marion Cotillard de s’y installer.

Dominique et Françoise nous ont gentiment indiqué les endroits à ne pas rater.

Plusieurs villages le long de cette bande de terre de 25 Kms : Claquey, Les Jacquets (!!!), Le Four, le Canon, l’Herbe, et enfin le Cap Ferret.

Le bassin d’Arcachon est le premier producteur d’huitres de France et de nombreux ostréiculteurs y ont élu domicile. N’en déplaise aux Bretons, leur région est en grande partie alimentée par des naissains (très jeunes huîtres) qui viennent d’ici !!!

Au déjeuner, nous nous régalerons avec de beaux spécimens adultes !

Construite par un entrepreneur rentrant d’Algérie, nous visitons la chapelle de la villa Algérienne, classée monument historique depuis 2008. A l’origine, l’édifice était beaucoup plus grand mais abandonnée par les héritiers au fil des générations.

Au Cap Ferret, nous montons les 256 marches du phare nous permettant d’avoir une très belle vue  panoramique sur le bassin et sur la dune du pila, plus haute dune d’Europe avec ses 102 m.

 

L’étroitesse de la bande de terre et somme toute, le peu d’espaces constructibles entraînent des prix de l’immobilier stratosphériques !!! Pas grave, on n’a pas envie d’être les voisins à Marion Cotillard :-)))

En rentrant, on ne pourra pas s'empêcher de prendre en photo les panneaux du village  des Jacquets en clin d'oeil avec nos amis de longue date !

 

Nous prenons le repas en commun avec nos hôtes qui font un sans faute sur leur gentillesse et leur disponibilité.

Le somnifère naturel d’une journée bien remplie jouera encore une fois parfaitement son rôle….

Côte entre Lége Cap Ferret et Pointe Cap Ferret (6)
Côte entre Lége Cap Ferret et Pointe Cap Ferret (6)
press to zoom
Restaurant d'ostréiculteurs
Restaurant d'ostréiculteurs
press to zoom
Côte entre Lége Cap Ferret et Pointe Cap Ferret (5)
Côte entre Lége Cap Ferret et Pointe Cap Ferret (5)
press to zoom
Transports de bois
Transports de bois
press to zoom
Rue Sainte Catherine Le Canon
Rue Sainte Catherine Le Canon
press to zoom
Elle est pas belle la vie
Elle est pas belle la vie
press to zoom
Le ramassage des huîtres (2)
Le ramassage des huîtres (2)
press to zoom
Le ramassage des huîtres (1)
Le ramassage des huîtres (1)
press to zoom
La Maison Algérienne à L'Herbe
La Maison Algérienne à L'Herbe
press to zoom
1/3