top of page

10 Juin 2024

Huit heures, nous laissons les clés à Yvon Viviane nos proches voisins. Nous les connaissons depuis 41 ans, la confiance est totale, ils prendront soin de notre petit chez nous !

Joseph Monique sont là aussi. Ils habitaient à coté de mes parents quand j’étais mioche, et font partie de notre vie d’adultes depuis 1983. Y’a pas, les départs des voyages au long cours chargent en émotion…

Juste avant de décoller, je me rends compte que Dedette a oublié… son casque. Rien que ça !

Huit heures trente, la famille, quelques amis nous attendent sur un parking à la sortie de Cholet. Certains pour un dernier au revoir, d’autres nous accompagnent jusqu’à Baugé en Anjou à 93 kms de Cholet. Lien pour la petite vidéo fin de page 

Après avoir partagé un dernier moment dans un café, on se retrouve à deux pour… un an !

450 kms au programme pour rejoindre Vitry le François, il est 11h.

Vers Dreux, on se prendra une belle averse, histoire de rester dans la même mouvance pluvieuse que l’on connaît depuis quelques mois :-(

45 minutes de bouchons au Sud de Paris nous retarderont, comme disait Johnny, de… 45 mn pour l’heure d’arrivée !

Sur les routes vers Vitry, les tronçons avec radars non signalés sont nombreux et sur des distances importantes.

En mode voyage, la vitesse n’est pas le sujet mais à 80 sur des longues lignes droites, on à vite fait d’être hors des clous!

Le hamburger de la fin de soirée ne nous laissera pas un souvenir impérissable…

Vers 22h, le sommeil l’emportera sans résistance, demain nous quittons notre pays natal...

11 Juin 2024

Il est toujours difficile de planifier une longue période de nomadisme ; je m’y suis quand même atteler, histoire de prévoir à peu près notre arrivée dans les pays ou nous ne pouvons partir avec les visas en poche. Les autorisations d’entrer sur les territoires de la Russie, le Turkménistan, l’Iran, le Pakistan ayant une durée assez courte, les visas se feront en cours de route.

Plus simple au niveau de l’Inde, il est valable un an, ce qui laisser une souplesse de timing bien agréable.

L’étape du jour nous emmène à Fribourg en Brisgau en Allemagne.

On peut critiquer l’Europe sur de nombreux sujets, mais le passage des frontières dans la communauté Européenne est juste royal ; pas vu celle nous faisant entrer dans le pays organisant la plus grande fête de la bière au monde !

Ce ne sera pas le cas sur le reste des pays envisagés hors Europe…µ

Au revoir la France, nous reviendrons :-))

Un petit bout d’autoroute nous rappelle sur l’écran du GPS et sur le vitesse de certains véhicules, que certaines portions ne sont pas limitées. Les routes secondaires hors village sont elles, limitées à 100 km/h.

Ce qui est possible là, ne le serait pas chez nous, on est donc si différent !!!

 

Nous parlerons rarement argent sur nos compte-rendus. Je fais juste une exception à la règle aujourd’hui. Le coût de la vie étant ce qu’il est en Europe Occidentale, nous ne pourrions envisager un trip d’un an en restant dans cette région du monde. L’envie de passer quelques heures à Fribourg en Brisgau en est un bel exemple. Le prix de l’hôtel était juste hors budget…

 

La ville de 236000 habitants est connue pour son patrimoine historique, culturel. Le centre est essentiellement piétonnier. Les tramways y circulent à vitesse modérée sur des voies sans signalisation. Avec les piétons, les nombreux vélos, tout semble se passer sans accroc.

Du mont Schlaufen, la vue sur la ville est superbe, malheureusement le ciel bleu manque à l’appel. Au niveau climat, nous ne sommes pas trop gênés par la chaleur depuis notre départ. Avec un 16 17 degrés sans soleil, la petite laine est la bienvenue…

La petite bière prise sur une terrasse de bar nous le rappelle !

Demain, nous rejoignons Bregenz en Autriche située à l’est du lac de Constance.

12 Juin 2024

Comme de nombreux motards, nous roulons avec des interphones qui permettent d’échanger pendant le trajet. Ceux que nous avons acquis cette année ont une qualité de son remarquable. C’est bien agréable !

Vers 10h30, Dedette me lance :

 

- Guyno, tu devrais ouvrir les aérations de ton blouson.

- Ben Dedette, je regrette déjà de ne pas avoir mis mon col, on se les pèle un peu ce matin.

- Ah bon !!!

 

Le side à un petit volume et avec les rayons du soleil, on a vite fait de ressentir de la chaleur. Véro une amie a testé l’autre jour et a fini par imiter le poisson rouge dans un bocal :-)))

Bien heureusement, on peut jouer sur les différentes ouvertures  pour réguler.

Sur les mille kms parcourus depuis notre départ, la consommation ressort à un petit sept litres en roulant à 90, ce qui nous donne une autonomie d’environ 700 kms avant la panne grâce à notre réservoir additionnel sur le side. A priori suffisant quelque soit l’endroit de la planète ou nous nous trouverons. Notre record sans station étant 500 kms en Patagonie.

 

Dans une longue zone de travaux limitée à 30 km/heure, nous aurons encore une fois l’occasion de constater le respect des règles au pied de la lettre des Allemands (pour la majorité). Ce, quelques kms après s’être fait doublé à des vitesses supérieures à 200 km/h sur une portion d’autoroute !

Pendant nos voyages, il m’arrive de comparer la densité de population des pays traversés à celle de la France. En ce qui concerne l’Allemagne, elle est de 230 habitants au kilomètre carré soit plus du double de notre pays natal. Pour faire simple, l’espace de liberté individuelle est supérieure chez nous :-))

Notre circuit du jour passe par le lac de Constance se situant sur trois pays, l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche. D’une superficie totale de 536 km², il est le troisième lac d’Europe derrière le Balaton, et le Leman.

Un Allemand maîtrisant parfaitement le Français nous avait dit à Vitry le François :

- Oh lala, le lac de Constance, il est très difficile d’y circuler, le trafic y est d’une densité incroyable !

Ben, non, la moyenne n’est pas élevée mais ça circule sans embouteillage ! Pas qu’il nous ait menti, mais avec les expériences des uns et des autres, on ne peut faire que de copier coller. C’est justement ce qui fait le charme. Nos vies sont toutes uniques et l’imprévu fait partie de nos histoires. Écoutez, apprendre des autres, mais ne jamais rien prendre pour argent comptant, quel que soit la source !

De la basilique Birnau, construite au XVIII siècle, nous avons une très belle vue sur le lac. Cet édifice religieux a un style intérieur Rococo unique. Les photos en intérieur sont interdites, d’où la prise de vue avant les portes d’entrée ;-))

En fin d’après-midi, nous prenons le téléphérique de Pfänder à Bregenz qui nous permet à 1060 mètres d’altitude, d’avoir une vue à 360 degrés sur lac de Constance et les montagnes environnantes.

Lors de nos courses de fin de journée, nous achetons des œufs d'un orange plutôt étrange, on va tester demain :-(

Demain, un château célèbre nous attend !

13 Juin 2024

La location de la chambre était dans un espace partagé cuisine, salle de bains. Durant la nuit les tranches de jambon sec ont mystérieusement disparu. On s’en faisait un plaisir pour le pique-nique.

Rien de grave, juste une mini contrariété !

Neuf heures, nous prenons la direction du château de Neuschwanstein. Environ 110 kms pour se rendre au célèbre monument ayant inspiré le château de Disney. Un petit dix degrés nous confirme encore une fois la réalité universelle du réchauffement climatique, je m’égare :-)

En partant, j’actionne la pompe du réservoir additionnel pour remplir celui de la moto. Le système fonctionne parfaitement mais il ne faut pas oublier de couper quand c’est plein du coté moto. Je n’oublie jamais, sauf ce matin ! Me rendant compte de mon erreur, je m’arrête au bord de la route et ouvre le bouchon du réservoir d’où l’essence gicle sans retenue, et m…. Les durites n’ont pas bougé malgré la pression, on a du laissé quelques litres sur la route :-((

Rien de grave, juste une contrariété !

Quelques kms après, l’horizon devient sombre, et contrairement aux prévisions, une forte pluie s’invite. La combinaison est indispensable, les sur-gants aussi. Au niveau des pieds, le droit est protégé, le gauche est rincé sans retenue, un oubli de ma part lors de la préparation du Sauvage.

Tout ça n’est rien, on a vécu mille fois ce genre de situation.

Rien de grave, juste une contrariété !

En arrivant sur le parking du château, il pleut sans discontinuer, le mieux à faire est de se prendre un café dans un bar.

Enfin, le temps se découvre quelque peu, et nous prenons la route piétonne qui nous emmène à Neuschwanstein. Certains font le choix de prendre une carriole tractés par deux chevaux et... l’électricité. Première fois que nous voyons un véhicule hybride de la sorte !

 

Vers 1868, Louis II décide de faire ériger un château sur les ruines de Hohenschwangau, dans le styles des vieilles demeures des chevaliers Allemands. Il s’établira dans le palais non encore terminé en 1884, deux ans avant sa mort. L’état Bavarois décide d’arrêter les travaux, j’aurais envie de dire, les frais…

Toujours est-il que ce monument est magnifique, perdu dans la nature sur un promontoire rocheux.

C’est le château qui a inspiré celui de Dysney. La chance est avec nous, la pluie a cessé et nous permet des photos correctes même si la luminosité n’est pas au rendez-vous.

Ensuite, une averse nous fera patienter une petite demi-heure avant de se rendre à Hohenschwangau, ,l’ancien château royal, ou nous prendrons encore quelques clichés.

 

Lors du déjeuner, grâce au Sauvage, nous échangeons avec deux Chinois qui nous annonce que le visa n’est plus obligatoire jusque fin 2025 pour les Français désirant se rendre dans leur pays. Et que le véhicule n’est pas un problème…

Bon Guyno, ce n’est pas le sujet du moment, mais bon, on ne sait jamais !

En nous dirigeant vers Mittenwald, la route qui traverse la partie Autrichienne des Alpes, nous fait passer sous une passerelle d’où l’on peut voir des piétons se déplacer. Tiens, on irait bien faire un saut là-haut :-)

Une petite heure plus tard, nous voilà sur ce pont flottant de 400 m de long et 179 mètres de hauteur. Celui-ci est très sécurisé mais les sensibles au vertige pourraient ne pas aimer...

Nous pouvons y voir d’imposantes ruines du Château Ehrenberg faisant partie d’un ensemble de forteresses des plus importants d’Europe Centrale.

 

Un peu avant dix neuf heures, nous prenons possessions d’une chambre dans un maison partagée Notre coucher est propre mais la cuisine pourrait ressembler à un mini dépotoir. J’avais fait la vidéo, mais par respect pour les propriétaires, je me suis abstenu… Imaginons qu’ils aient fait une grosse fiesta la veille !!!

14 Juin 2024

En dehors de la mise à jour de collection-d-horizons.fr ce matin, je découvre avec plaisir, sur nos mails, qu’une tâche inattendue m’attend.

Suray de l’agence de voyage Oswadan du Turkménistan nous a fait suivre l’indispensable LOI (la lettre d’invitation) pour obtenir le visa en arrivant à la frontière. Il me faut verser un acompte sur les frais que l’on devra régler en arrivant dans le pays. Il n’est en effet, à ma connaissance pas possible de traverser le pays sans « accompagnant ».

Un peu d’administratif qui me fait penser à mon ex travail à la différence que c’est pour la bonne cause : voyager !

Avec un départ vers 9h45, nous sommes plutôt en retard au décollage. On doit s’arrêter sur Salzburg mais ne pouvons rester coucher sur place en raison des tarifs faits pour le haut du panier…

Nous avons réservé à Laarkirchen à environ 60 kms de la ville de Mozart.

 

Vers 13 heures, nous pique-niquons au jardin Mirabelle d’où l’on a une vue somptueuse sur les jardins avec en fond d’écran la citadelle de la ville.

Salzburg inscrite à l'Unesco est une ville de 150000 habitants située au pied des Alpes de l’Est.

Entre la citadelle , la maison natale de Mozart, la cathédrale, le centre historique avec plusieurs monuments religieux remarquables, les calèches, le fleuve Salzach, le pont piétonnier aux cadenas, l’après-midi passe plutôt vite dans une ambiance dilettante.

Mozart, est dans le top trois des plus grands compositeurs de musique classique avec environ 600 œuvres malgré un décès prématuré à 35 ans. Décès pour lequel, les raisons avancées ne sont que des suppositions...

A propos des cadenas, le principe est d’y écrire les prénoms des amoureux puis les accrocher sur les grilles du pont, en jetant la clé afin de sceller pour toujours l’engagement de leur amour.

Récupérer la clé dans le fonds du fleuve est la deuxième épreuve du jeu, quand on a perdu la première :-))

En sortant de la ville pour rejoindre notre coucher, une fausse manœuvre sur le GPS nous emmène… ailleurs ! L’avantage de cette erreur, nous fait longer le Lac Attersee avec un soleil bien présent et, miracle un beau ciel bleu !

Lors du ravitaillement du soir, un homme d’un certain âge attiré par le Sauvage nous aborde. En le faisant très court, il nous raconte sa vie professionnelle pendant une douzaine d’année au Tadjikistan ou il roulait avec un Side-car Dniepr. Beau clin d’œil à l’une de nos futures contrées !

 

Vers 19h30, on prend possession de nos quartiers dans un chalet charmant à la propriétaire non moins charmante !

15 Juin 2024

En raison du tarif des hébergements à Salzburg, notre étape d’hier s’est prolongée d’environ 70 kms, ce qui nous a rapproché, on ne l’aurait pas deviné (!!!) de 70 kms de Linz.

A la base, on devait resté une journée entière dans la troisième ville d’Autriche avec ses 212000 habitants, élue capitale Européenne de la culture en 2009.

N’ayant que 60 km à faire pour rejoindre cette cité, nous y passerons une bonne partie de la journée et reprendrons notre avancée demain.

Malgré son climat assez pluvieux, l’Autriche est un pays visité par de nombreux motards. Les routes y sont plutôt en excellent état, y compris le réseau secondaire.

Réel plus en ce qui concerne la traversée des villes et villages Autrichiens, pas de ralentisseur, ni de rétrécissement de voie devenus une vraie plaie dans notre beau pays. Certains me diront que les Autrichiens respectent mieux la loi que nos compatriotes ; c’est possible mais si vraiment, certains Français peuvent être indisciplinés, il serait aisé de mettre des feux pédagogiques en traversée d’agglomération se déclenchant 5 km/h au dessus de la limitation. Cela existe en Espagne dans certains villages et ça fonctionne. On retrouverait des rues normales ou suspensions, freinages, lombaires, sérénité seraient préservées.

Vers 13 h, nous sommes sur l’Hauptplatz la place principale de Linz où est érigé la colonne de la trinité construite au début du XVIII siècle.

C’est un jour d’exposition de matériel militaire, ambulance, pompier, police , tout ce qui touche la sécurité, les secours, la santé. Au milieu de la place s’y déroule des démonstration du savoir faire de ces corps de métier. Un camion de pompier à la taille démesurée attirera notre attention.

Le centre ville y est principalement piétonnier, cyclistes, tramway. Nous n’y avons pas rencontré de mendiant, impression à confirmer lorsque nous serons sur Vienne.

Déjà abordé lors notre tour de France Cycliste, que l’on soit religieux ou pas, les édifices religieux ont marqué le paysage de nos villes et Linz ne fait pas exception à la règle.

La cathédrale Mariendom est le plus célèbre de la ville : avec ses 135 m de hauteur, elle est la deuxième plus haute d’Autriche avec un petit mètre de moins que Saint Etienne à Vienne. Sa nef est à 31 m de hauteur, de très nombreux vitraux ornent son intérieur, elle peut y accueillir 20000 personnes !

Nous prenons un verre dans le bar Hemingway ;

Nous échangeons quelques mots avec la serveuse Indienne qui nous souhaite : bon voyage, vivez pleinement votre vie !

Qu’il en soit de même pour vous Madame :-)

En milieu d’après-midi, nous sortons de l’animation du centre ville pour une balade à pied le long du Danube. D’énormes bateaux de tours ou croisière attendent des passagers en quête de quelques heures ou quelques jours de bien-être et de repos.

 

Pour trouver notre hébergement, sans trop entrer dans les détails, ça a donné à peu près ça :

Au point GPS, nous arrivons dans une zone industrielle (...) et demandons à un homme fumant une cigarette à l'extérieur :

- Bonjour, connaissez vous une gîte à cette adresse ?

- Non Monsieur, il n’y en a pas ici, peut-être par derrière sur cette petite route

- Vous serait-il possible d’appeler à ce numéro ?

- Oui bien sûr !

- Un homme vient vous chercher.

- Merci !

On se rend sur la petite route, les maisons indiquées sont fermées. Un homme en mauvaise santé nous voit regarder au dessus de la barrière et s'approche de nous.

- Bonjour, nous cherchons……

- Non Monsieur, ce n’est pas ici mais là (sur le Google maps).

- Mais c’est à trois km !

- C’est bien là-bas.

- Humm....

- Vous ne voulez pas appeler à ce numéro ?

L’homme me fait à nouveau voir la carte mais le soi-disant bon endroit nous laisse dubitatifs !

Les minutes passent, d’une journée plutôt cool, on finirait par être un poil irrités…

Un Suv passe sur cette route minuscule, un homme en descend :

- Vous cherchez votre réservation ?

- Ouiii !

- Je vais vous y emmener.

- A la bonne heure :-))

Cent mètres plus loin, l’homme s’arrête près d’un immeuble blanc, sans charme ayant juste un escalier du coté du parking.

- Nous venons de créer cet ensemble de plusieurs appartements et nous n’avons pas encore d’adresse définie, l’administration est assez lente…

Tiens, ça me rappelle quelque chose !

On se pose avec plaisir dans une pièce bien aménagée.

Un résident nous donne le code wifi que nous avions omis de demander au propriétaire,

 

Il est 18h30, on cherche un hébergement pour les deux prochains jours sur Vienne, on fait le tri des photos, un petit apéro sera alors le bienvenu....  

16 Juin 2024

bottom of page