tour du monde

DEBUT DU 12ème MOIS DU VOYAGE - 1er au 6 mars 2014 


Samedi 1er mars - Alexandrie, Egypte

Un peu, beaucoup d’administration.

A 10 h, comme prévu, nous sommes dans le bureau de Niermen afin de concrétiser notre réservation de bateau qui doit partir d’Alexandrie le 7 mars. Les nouvelles sur les délais ne sont pas excellentes. On nous indique un départ de bateau le 8, un voyage de 3 ou 4 jours de mer, une journée de déchargement à Salerno et enfin une journée pour les procédures de douanes. Nous qui désirons vraiment être à la maison le 15 mars, nous risquons de n’avoir que deux jours pour parcourir les 1 900 km qui séparent Salerno de Cholet. C’est bien court. Et si nous décidions de rentrer plus tard, ce serait pour le 22 ; c’est mieux de rentrer un samedi pour y voir quelques copains !!! Le débat est loin d’être clos, il nous faudra prendre une décision assez rapidement.

Revenons-en à nos moutons, nous voilà partis avec un employé de la société pour des tampons à obtenir sur nos passeports. L’endroit est bondé, sale, et on peut y ressentir une tension réelle. Notre accompagnateur nous parle de nombreux syriens ici demandant l’asile, d’où la fréquentation inhabituelle. Sans notre homme, on se verrait mal dans cet endroit où tout est écrit en Arabe et où, sauf erreur, personne ne parle anglais. Après un premier guichet, nous nous retrouvons dans un bureau où un homme « étoilé » signe avec orgueil et dédain les documents qu’on lui apporte. Vous avez remarqué nombre de ces gens dès que l’on donne un rôle un peu gratifiant se sente obligé de devenir désagréable, les douanes étant des lieux ou la concentration de ces gens-là est plutôt plus importante qu’ailleurs !!! Notre facilitateur de son coté est plutôt bel homme, gentil et a l’air compétent.

La journée continue avec un deuxième taxi qui nous emmène vers un nouveau ministère. Le conducteur est d’une jovialité extraordinaire, il nous envoie des « welcome » tous les 100 mètres et nous serre la main tous les 500…

Dans les nouveaux locaux officiels, c’est presque aussi bondé et ici on fume à l’intérieur. Le ton monte régulièrement entre les gens qui attendent et ceux derrière les guichets. De notre coté, nous sommes ici pour une procuration en faveur d’un avocat, la traduction du passeport en Arabe et enfin la signature d’un homme de la police, rien que ça. Vers 14h30, c’est terminé et nous prenons un thé sur le remblai d’Alexandrie avec notre facilitateur.

Une heure plus tard, on se retrouve tous les deux par hasard dans un bar où l’on peut boire de la bière. Trois semaines que nous n’avons pas bu de cet excellent breuvage. Sans abuser, on se fait plaisir une partie de la fin d’après-midi !!! Sur les haut-parleurs, l’été indien de Joe Dassin et la bohème de Charles Aznavour, cette dernière de circonstance par rapport à notre situation… Sur l’ordinateur, on se fait soirée cinéma avec « Le dîner de cons », histoire de rire un peu avant de s’endormir.


Dimanche 2 mars - Alexandrie, Egypte

Prise de décision.

Au petit déjeuner, on prend notre temps ce matin. Super agréable de n’avoir rien de spécial à faire en laissant couler le temps. On en profite pour discuter de notre retour et après un long échange, nous décidons de prolonger d’une semaine la date de notre arrivée, soit le 22. Nous avons trop d’incertitudes sur la date de reprise de l’Envol en Italie et rentrer le 15 nous ferait sprinter sur les dernières étapes. On se la fera plus zen. On est tout heureux d’avoir clos ce débat qui était ouvert depuis quelques semaines.

En début d’après-midi, nous passons un bon moment avec Omar un organisateur de voyage moto ou 4x4. Il nous avoue le manque de clients depuis maintenant trois ans. Nous sommes dans un des bars d’un supermarché Carrefour immense où l’on retrouve tous les critères de commerce que nous connaissons en Europe...

Sur le parking de l’Envol, nous retrouvons ensuite Sébastien et Diana rencontrés au Soudan. Leur Land Cruiser est garé à coté de l’Envol. Nous dînons ensemble sur le remblai en nous racontant nos différents circuits en Egypte. Demain, lundi, Nermien de la compagnie de transport doit nous envoyer les nouvelles concernant le chargement de l’Envol.


Lundi 3 mars - Alexandrie, Egypte

Nermien nous fait suivre les nouvelles seulement vers 14 h en nous indiquant que nous chargeons demain. Sans plus attendre, nous allons sur le parking pour redonner à notre troisième compère un peu d’éclat. Il est couvert de poussière et donne l’impression d’être resté six mois sans bouger. Nous nous dirigeons ensuite vers l’entrée du port pour être sûr du bon endroit pour le rendez-vous de demain. La ville grouille et les commerces sont à touche touche en intérieur et en extérieur ; le tout au milieu du concert de klaxons dont nous avons déjà parlé. Le port n’est pas très loin et nous trouvons rapidement la porte dix où nous devons être demain. Lors d’un arrêt dans un bar, je teste la chicha (comme le narguilé) utilisée par de nombreux Egyptiens.


Mardi 4 mars – Alexandrie, Egypte

Le troisième compère en croisière !!!

Le rendez-vous est à dix heures mais nous arrivons à l’entrée du port de commerce vers 9h15, trop tôt mais on préfère. A peine arrêtés que l’on nous propose thé, café, parking, service et j’en passe ; plutôt besoin de tranquillité… Une bonne heure plus tard, deux hommes arrivent, prennent possession de l’Envol et entrent dans le port où nous ne pouvons entrer. L’affaire a été faite presque aussi vite que je le raconte. L’homme qui pilote me dit avoir de l’expérience, en le voyant partir j’ai comme un doute. Au revoir l’ami, plus vite nous te retrouverons, plus vite nous serons heureux. On reste penauds devant cette entrée à voir notre trois roues s’éloigner. C’est la dernière transaction de traversée et c’est tant mieux. Mine de rien, pour boucler notre périple, l’Envol aura pris six fois le bateau, ferry, barge ou avion.

Nous devons maintenant régler notre transport à la compagnie située à trois km d’ici. Nous voilà libres de toutes contraintes administratives pour quelques jours ; le moment de faire un peu de tourisme dans cette célèbre ville. La librairie d’Alexandrie est notre première visite. Historiquement célèbre mais détruite au début de notre ère, l’Unesco a lancé un nouveau projet avec une inauguration en 2002. L’endroit est très moderne avec un espace intérieur spacieux et lumineux. L’informatique y a une part importante et la capacité d’accueil est de 5 millions d’ouvrages. Trois langues dans cet établissement : l’Arabe, l’Anglais et le Français. La Quit-Bay citadelle, l’Alabass mosquée, un tour en calèche, finissent cette journée dans le pays des pharaons.


Mercredi 5 et jeudi 6 mars – Alexandrie, Egypte

Egypte, derniers épisodes…

Nous profitons des derniers jours à Alexandrie pour y faire encore un peu de tourisme. On se passerait de ces jours d’attente dus aux problématiques de transfert de véhicule mais ils nous permettent d’y goûter un repos bien agréable et pour ainsi repartir en pleine forme pour l’Europe.

Nous dînons le cinq avec Sébastien et Diana dans un restaurant célèbre de la ville spécialisé dans les produits de la mer. Vous choisissez votre poisson comme dans une poissonnerie et on vous le prépare ; vraiment délicieux. Les prix sont fonction du poids et de la catégorie que vous avez choisis.

Le lendemain, après avoir pris un thé dans un bar, nous demandons au barman s’il connaît dans le quartier un coiffeur pour la dernière coupe du voyage. Il nous emmène non loin d’ici ; un quart d’heure après, me voilà tout beau !!!

En nous déplaçant dans la ville, nous sommes surpris de n’y voir aucun travaux, un peu comme s’il n’y avait pas de gestion. Certaines voitures abandonnées depuis longtemps restent le long des rues ou des grandes avenues. On a cette impression bizarre de non prise en charge des choses élémentaires…

Pompey’s Pillar est notre prochaine visite. Elle est avec ses 27 m de haut la plus grande colonne commémorative d’Egypte. Elle est entourée de deux sphinx et aux alentours on peut y voir des ruines antiques. Nous rentrons dans un sanctuaire ou nous y voyons le taureau Apis représentant le dieu Sérapis, dieu de la fertilité et guérisseur. Après cet épisode culturel, nous allons nous désaltérer dans un bar où je verrais les urinoirs les pires de ma vie : le blanc de l’émail est devenu noir, le sol recouvert par endroit de plusieurs millimètres d’urine séchée et l’odeur insoutenable. Le tout à quelques mètres des clients sirotant leur consommation !!! Le petit théâtre romain unique dans le pays finit la journée.

Nous passons notre dernière soirée à Alexandrie avec Diana et Sébastien dans un bar où quelques clientes nous feront un peu de danse Egyptienne pour le plus grand plaisir des yeux.


 



 

TOUR DU MONDE EN SIDE CAR

Tout ce qui n'est pas partagé est perdu...

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player