tour du monde


 



10ème MOIS DU VOYAGE - 4 au 6 janvier 2014 


Samedi 4 janvier – Tanzanie

Mais où est donc passé le roi lion ???

Lorsque l’alarme du GPS sonne vers cinq heures, le lever des paupières est un peu laborieux… Dans la maison, pas de pièce sans trouver un lézard se promenant le long d’un mur. Au début, ça surprend et puis on s’habitue. Vers 6h30, nous voilà installés dans un véhicule avec le toit ouvert afin de faciliter la prise d’images. Celui-ci est un Toyota ayant déjà bien vécu mais il fonctionne, c’est le principal. A propos de Toyota, quasi tous les pays depuis notre départ ont une présence forte de cette marque. Les véhicules français n’ont été rencontrés qu’en Argentine…

Ludovic notre guide est professeur la semaine et guide le week-end : « Je ne veux pas passer mon temps à dormir et à boire de la bière les jours de repos !!! ». Jusqu’à treize heures, nous nous baladons dans le parc où nous voyons tour à tour : éléphants, impalas, buffles, girafes, phacochères, hippopotames, zèbres, singes, gnous, marabouts et quelques oiseaux de la savane dont je n’ai pas gardés les noms. La savane, telle que nous l’imaginions, plate, avec des arbres ici ou là à la forme de parapluie ou des baobabs géants. Lorsque Ludovic arrête le moteur, le calme est royal et voir tous ses animaux vivre en harmonie avec la nature nous ravit. Alors oui bien sûr, encore trop de photos, il doit en rester un peu plus de 70, mais rassurez vous, on en a du en jeter 115 !!!

Un grand absent : le roi des animaux et sa compagne n’ont pas daigné honorer par leur présence notre passage. Notre guide a pourtant prolongé d’une heure notre balade dans le parc sans résultat. A la sortie du parc, nous prenons un verre ensemble ; nos verres à peine posés sont envahis par les mouches. En Afrique, la présence des insectes est sans commune mesure avec les pays européens…

La photo de Ludovic devant le « tourisme information » est une demande de sa part, et bien sûr il comptait sur nous pour qu’elle soit sur collection d’horizons…

Dar es Salaam ex capitale de la Tanzanie est notre prochaine destination.


Dimanche 5 janvier – Dar Es Salaam, Tanzanie

Pas pour les routards…

Juste une petite nuée avant de partir mais rapidement, la chaleur s’installe pour ne plus nous quitter jusqu’à Dar es Salaam. En début de matinée, nous avons la chance de voir deux girafes au beau milieu de la route accompagnées de singes. Image pour le moins insolite !!!

On en avait déjà parlé les derniers jours mais la présence policière est ce que l’on a vu de pire dans tous les pays traversés. Définitivement, la Tanzanie n’est pas faite pour les routards qui aiment rouler en laissant vagabonder leur esprit voyageur. C’est plutôt constamment ne pas dépasser les 50 dans les zones de villages qui en fait couvrent peut-être la moitié du parcours et ce sans compter les multiples ralentisseurs… La Pentagonie est le rêve du routard, ici c’est plutôt l’inverse.

Dans tous les villages, c’est coloré et animé. Certains Massaï ont gardé la tenue traditionnelle caractéristique. La grande majorité de la population n’ayant pas de véhicule motorisé, tout le monde s’y retrouve pour commercer ou prendre les cars pouvant les emmener en ville vendre leurs marchandises sur les marchés. Ici, le commerce en est resté à ses débuts ; on pose sa marchandise souvent à même le sol. L’abri de l’étal peut être composé d’une structure bois recouverte de sacs plastiques et le magasin peut ouvrir !!! Chez nous dans notre belle France, on peut fermer un restaurant quand l’inox du plan de travail n’est plus aux normes. Juste délirant des deux cotés !!!

L’arrivée à Dar es Salaam nous offre une petite heure de bouchon sur une artère en travaux. Poussière et sueur au menu ; la douche de l’hôtel est bienvenue…

En dînant dans un restaurant au bord de la rue, nous remarquons que les femmes couvertes sont assez nombreuses, ce qui laisse à penser que la religion musulmane est ici bien présente.

Demain, nous quittons l’Afrique continentale pour rejoindre la célèbre île Zanzibar.


Lundi 6 janvier – Ile Zanzibar

Pour emmener la moto au parking où elle restera pendant les quelques jours de visite de Zanzibar, nous mettons environ 30 minutes pour faire les deux km nous séparant de l’hôtel… Le parking est bondé, il est autour d’une église et il y a une messe avec la présence d’un président. Un homme nous dirige vers un autre lieu. Nous voilà garé au beau milieu d’un marché en attendant la fin de la cérémonie.

Un couple de blancs sur un side-car en plein centre ville est une cible privilégiée pour les vendeurs en tout genre. Ici, dès qu’un service prend un peu de temps, il se monnaie. Nous laissons l’envol gardé par un homme avec qui il a fallu négocier. Après avoir patienté un bon moment à l’agence nous ayant vendu les places du bateau pour Zanzibar, on commence à s’inquiéter un peu voyant l’heure du départ arriver, l’Envol n’étant toujours pas dans son parking. On nous avait dit une heure, en fait c’est 12h30. Là, ça s’affole un peu, le parking est toujours aussi bondé et l’employé de l’agence nous fait garer dans un mouchoir de poche avec dix centimètres de chaque coté avec les autres véhicules… Nous abandonnons l’Envol pour quatre jours. On nous dit que le parking est « safe » (sécurisé), on ne demande qu’à les croire !!!

Il est 12h30 passé, nous nous pressons à l’embarcadère pour en fait attendre plus d’une heure serré comme de sardines avant de pouvoir embarquer. Ca me dégouline de partout. Zanzibar ça se mérite. Quand, enfin le Kilimandjaro (nom du bateau) quitte Dar es Salaam, on respire un peu mieux. Ce navire est un rapide et au compteur du GPS, nous naviguons à un bon 55km/ heure, impressionnant.

Arrivé sur l’île, nous prenons possession de l’hôtel et partons nous balader dans le centre ville de Stone Town inscrite au patrimoine de l’Unesco. Ici les guides ne manquent pas et Jouma nous aborde pour nous proposer ses services. Va pour Jouma !!! En fait, la visite qui devait durer une heure durera plus de deux et nous ne regrettons pas sa présence. Nous passons par l’ancien fort, la cathédrale St Joseph, la maison des merveilles et les nombreuses ruelles impressionnantes par leur étroitesse. Ici la grande majorité des habitants sont musulmans ; deux églises catholiques pour une cinquantaine de mosquées. La place Jans Corner typique par sa taille et lieu de discussion politique tout au long de la journée.

Nous apprenons aussi que Freddy Mercury célèbre leader du groupe Queen est né ici et bien sûr sa maison est devenue célèbre. En soirée, repas au très connu Night Market où nous mangeons des brochettes de fruit de mer.

 

TOUR DU MONDE EN SIDE CAR

Tout ce qui n'est pas partagé est perdu...

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player