tour du monde

DEBUT DU 2ème MOIS DU VOYAGE - 27 avril 2013 au 4 mai 2013

Samedi 27 avril - Arrêt à Novosibirsk, Russie

Après un petit déjeuner chez Alexey et Lulia nous nous rendons directement au garage ou travaille un ami d'Alexey. Légère modification de l'emplacement du soufflet de cardan et ça roule de ce coté là. Seulement voilà : je remarque que le side-car s'est à nouveau affaissé ; la cause probable étant la dernière soudure. Un bon moment à échanger avec tout le monde et nous décidons de retirer la caisse du side-car.

En fait, la dernière fois, la soudure a été faite à moitie. Ensuite avec le cadre à découvert chacun y va de son conseil avisé ou non mais dans un bon esprit.

De notre côté, on serre les dents. Nos bagages sont en partie au club house du moto club, en partie chez Alexey et Lulia et la plus grosse partie en tas dans le garage avec une problématique a résoudre sur un élément vital de l’avancée du voyage.

Vers 15h30, Marq (un ami d'Alexey) vient au garage puis nous emmène dans un resto traditionnel. La cuisine est excellente mais dans ces moments d'incertitude, toujours difficile d’apprécier les mets à leur juste valeur. Comme souvent, le repas nous est payé...

Vers 1h30 retour au garage où nous apprenons qu'il n'y aura pas d’avancée ce soir. Marq nous fera visiter la ville et nous invite à dîner dans son appartement où nous resterons dormir. Tout cela en toute simplicité et avec une grande gentillesse.

Demain sera un autre jour !!!!

Dimanche 28 avril - Novosibirsk, Russie

Dès le réveil Marq parle de notre voyage et prodigue un conseil à la minute. Il nous laisse les références téléphoniques de contacts dans l'est de la Russie etc. Quelle énergie dépensée pour un couple de français qu'il ne connaissait pas la veille !!!

Au garage, la réparation avance petit à petit. Nous devrions pouvoir remonter sur la moto dans l'après-midi. Vers 13h, Marq et son épouse nous laisse l'appartement pour aller à une fête de famille.

Pas plus d'une heure après, le voilà revenu avec deux motards russes qui, pour éviter que l'on s'ennuie, veulent nous faire visiter le Zoo de Novossibirsk. Tous ces petits gestes sont étonnants. Arrivés au zoo, l'un des deux reçoit une communication qui l'informe que la réparation est faite. Le zoo, ce sera pour une autre vie...

Retour au garage, 2h de boulot et nous voilà partis au club house où l'on est attendu pour une petite soirée festive. L'ambiance est joyeuse et conviviale, un peu comme au Coletum.

Ici comme chez nous, on aime se retrouver autour d'un verre et d'un bon barbecue. De notre coté, nous sommes heureux d'être là et pouvoir échanger avec eux.

Seulement un mois que nous sommes partis, et on se rend compte que la tenue du journal est indispensable si on veut garder l'histoire. Trop « d'évènements » au fil des jours pour se souvenir de tout. Les coucher sur le papier permettra lors de nos vieux jours de revivre le voyage. Il est 1h du matin. Dodo.

Lundi 29 avril - De Novosibirsk à Blysk, Russie

Alexey m'indique qu'il a un contact à Barnau : Sergio.

Cette fois-ci nous déclinons car il nous faut avancer et Barnaul n'est qu'à 240 km de Novosibirsk. Un thé, deux thé, un café ; il est temps de se quitter. Toujours beaucoup de chaleur dans ces moments là. Nous partageons des moments forts avec des personnes que nous ne reverrons probablement jamais... A ce sujet, Aleksey (vous vous souvenez, le premier motard rencontré à Saint-Pétersbourg) nous a téléphoné hier soir pour avoir des nouvelles. Je ne serais pas surpris qu'un de ces jour, on puisse le rencontrer en France.

Nous reprenons la route sous la pluie, sur des routes couvertes d'eau boueuse à souhait. On ne vous raconte pas l'état du side et de ses passagers !!!

La pluie s'arrête au bout de 150 km, nous irons jusqu'à Blysk pour une distance d'environ 360 km.

Chambre sympa dans un chalet tout en bois et avec le wi-fi pour le net.

Du luxe par rapport à ce qui nous attend en Mongolie... Encore 600 km avant d'arriver dans ce pays mythique.

Mardi 30 avril - Traversée de l'Atlaï, Russie

600 km nous séparent de Tashanta, ville frontière avec la Mongolie. Le temps est superbe ce matin.

En entrant dans l'Altai (chaîne de Montagne), le trafic de camions diminue fortement. Il y moins de stations essence et au premier café dans un petit village, les visages ont changé. Nous nous rapprochons de la Mongolie !!! Les paysages ont retrouvé de la verdure. Cela fait du bien après des milliers de km avec un marron majoritaire.

Nous sommes très surpris par l’Altaï. La route est souvent très belle et les paysages magnifiques. En fait la vallée traversée est très large et entourée de montagnes variées et quelquefois encore un peu enneigées. Ici paissent en toute liberté chevaux, vaches, moutons et chèvres. Les villages adoptent un style western pas fait pour nous déplaire. Après 437 km au compteur, nous nous arrêtons dans un gîte en plein milieu de la nature. Merci au Sibérian Club de nous avoir proposé de faire télécharger la carte russe, le trouver du coucher étant grandement simplifié (en passant à coté de l'auberge, nous ne l'aurions pas vue).

Ce soir j'en profite pour échanger le pneu du side avec le pneu arrière de la moto qui est déjà à 5O% d'usure (c'est lui qui tracte l'ensemble...)

Demain, nous serons à la frontière mongole.

Mercredi 1er mai – Frontière entre la Russie et la Mongolie

Départ de la chambre d'hôtel dans l’Altaï vers 9h30. Environ 200 km avant Tas-hanta la frontière russe. Nous ne pouvons nous empêcher de prendre de nombreux clichés ; les paysages traversés l'imposent... Nous arrivons à Tas-hanta ou nous avions prévu de faire les courses pour les premiers jours en Mongolie. En fait un seul magasin d'environ 15 m². C'est un peu juste et nous partons avec le minimum.

Pour le passage des deux frontières : 4 contrôles coté russe ou l'on nous apprend qu'il fallait au minimum une note d'hôtel tous les 7 jours. Malgré l'absence de ces factures, le douanier russe nous prévient avec le sourire pour notre prochaine partie en Russie après la traversée de la Mongolie.

Des douaniers prennent le side-car en photo. Coté mongol, nous sommes le seul véhicule. 3 ou 4 contrôles et c'est parti pour la mystérieuse Mongolie. Pour ne rien vous cacher, un peu d'angoisse avant d'aborder 1200 km de pistes sans direction. Au premier village traversé, nous cherchons un bureau de change. En fait le village est minuscule. Nous échangerons 140 Dollars avec un mongol qui vit ici. Il me fait un cours de 1300 Monnaie Mongol pour 1 Dollar, cela me paraît correct (désolé pas d'internet, nous n'avons pas en tête le nom de leur monnaie). Nous prenons la direction de la Piste Sud avec un point GPS à 70 km à Olghi. Facile de se perdre et le GPS est d'un grand secours. Nous roulons environ 3h sans voir un seul véhicule. Paysages magiques, espaces immenses, air vif et pur. De plus nous avons de la chance : le temps est beau. Vers 19h30, nous nous arrêtons et plantons la tente à 100 m de la piste. Nous n'entendrons que deux véhicules passer au loin jusqu'au lendemain matin.

Les seuls bruits étaient le vent et le cri des oiseaux sauvages volant vers d'autres cieux.

Jeudi 2 mai – Olghi, Mongolie

Nous nous arrêtons à Olghi pour faire du change et quelques courses. Pour le change le Mongol avait pris sa petite com’ mais c'est de bonne guerre... Le village est plutôt une petite ville et les rues du centre sont goudronnées : le luxe. L'envol attire tout le monde et les mongols sont très tactiles !!! Vers 11h nous quittons ce gros bourg et roulons vers l'Est. La sortie d'Olghi est difficile et cassante. Nous sommes entre 5 et 20 km/heure. Ensuite ça s'améliore et nous nous disons que ce sera difficile mais qu'en prenant son temps, ça le fera.

Vers 14h nous arrivons à des passages à gué non franchissables. Aie aie aie. Détour de quelques kilomètres et ça passe. Puis un gué, deux gués et à nouveau un passage pas possible. L'inquiétude commence à s'installer. Après quelques changements d'orientation infructueux nous nous posons pour examiner le chemin proposé par le GPS. Ayant la carte complète de la Mongolie, l'itinéraire proposé ne prend pas la piste principale mais des pistes secondaires. Il nous faut reprendre la principale. Le choix le plus raisonnable étant de revenir sur nos pas jusqu'à Olghi !!!

Sur le chemin du retour nous crevons avec le pneu du side, sans nous en rendre compte pendant plusieurs km. Lorsque nous nous en apercevons, il est trop tard pour le pneu...

Changement de roue. Il est indispensable de trouver demain un pneu neuf pour continuer. Ce soir le doute s'installe, pas de sérénité avant que le sommeil ne l'emporte.

Vendredi 3 mai – Dernier jour en Mongolie

La nuit porte conseil ? Et bien pas toujours. Nous devons décider aujourd'hui si l'on continue ou pas l'aventure en Mongolie. Nous revenons à Olghi. Là on va en premier dans un garage pour un ou deux pneus. Rien en stock ici. La seule solution étant d'attendre 2 ou 3 jours un envoi d’Oulan-Bator. Le hasard veut que nous rencontrions un Suisse qui vient de faire la traversée par la piste Sud (à priori la plus facile). Il nous raconte certains passages de gué à 70 cm ainsi que certains endroits réellement difficiles pour un gros 4X4 (il est en Land Rover). Pour lui, pas de possibilité en side-car à cette période de l'année (vu le temps supporté en Europe au début de notre voyage, on se dit qu'un départ début Mai aurait peut-être été plus judicieux). La mort dans l'âme, nous décidons de retourner vers Tas-hanta, la frontière Russe. La pilule est un peu difficile à avaler, on n'aime pas reculer.

Dans l'après-midi on relativise : on aura fait environ 250 km de pistes, vu de superbes paysages, camper comme ou pouvait l'imaginer. Allez positivons ! Sur le chemin du retour, un mongol sur une moto nous fait signe pour nous arrêter. Quelques minutes après, nous sommes dans la maison familiale à boire une soupe traditionnelle (désolé on n'a pas le nom). En fin d'après-midi, on avait du temps pour se rendre à la frontière, mais nous décidons de profiter une dernière fois du camping sauvage en Mongolie. L'envol quittera demain le pays avec de nombreuses empreintes. Russie, tu devrais nous revoir rapidement.


Samedi 4 mai - De retour en Russie

Quasi 3h de passage à la frontière, et c'est reparti pour l’Altaï dans l'autre sens (malheureusement, nous n'avons d'autre choix que de reprendre la M52 déjà utilisée à l'aller). L’Altaï c'est magnifique comme on vous l'a déjà dit. Mais à 4°C, avec de la pluie et des nuages bien bas, c'est un peu moins fun. Dans l'après-midi nous faisons une pause café. Tout aux alentours est blanc, il neige !!! 18h45 un premier hôtel nous affiche complet, il fait 0°C. C'est bien de trouver tous les soirs un coucher mais on se dit que ce soir ce serait encore mieux que les autres soirs...

En fait vers 19h45, nous prenons un chalet à coté d'un bar restaurant. Nous finirons la nuit sans eau, les tuyaux extérieurs sont gelés... Ah, on oubliait, hier soir en arrivant, le gérican d'eau s'était vidé dans le side.

La zen attitude ça s'apprend !!!

TOUR DU MONDE EN SIDE CAR

Tout ce qui n'est pas partagé est perdu...

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player