tour du monde


 



3ème MOIS DU VOYAGE - 3 au 9 juin 2013


Lundi 3 juin - Ile de Jegu, Corée

En fin de matinée, nous rendons la voiture de location. En ne dépassant jamais 80 km/h, nous avons fait une conso moyenne de 13 L ; oui, vous avez bien lu et nous avons vérifié lors du plein. On n’ose pas imaginer sur nos autoroutes.

Dans l'après-midi, on fainéante près du terminal de l'île, puis vers 19h embarquement.

Un petit mot sur cette île : avec une population supérieure à 400 000 habitants, pas de meurtre depuis 1958. Ici, la délinquance est quasi inexistante.

Sur le continent, elle n'est pas très élevée non plus. Barbara et James nous ont raconté plusieurs histoires de portefeuilles oubliés ou de portables perdus qui étaient ramenés à leur propriétaire.

Au terminal d'embarquement, un couple de motards est arrivé et a laissé ses sacs sur des sièges avant de partir pendant un certain temps. Le but n'est pas de dire qu'il n'y a pas de problème en Corée du Sud, mais la sensation qui prime est la sérénité.

La Corée du Sud attache beaucoup d'importance à la famille ; les invitations s'y font plutôt au restaurant, la maison étant considérée comme lieu privé.

Pour les côtés plus négatifs : une très forte pression sur les jeunes pendant leurs études pour obtenir un statut social.

La Corée est devenue la 11ème puissance économique du monde.

Demain sera notre dernière journée dans ce pays à l'autre bout du monde. Changement de culture après-demain où nous devons retrouver la famille d'accueil à un cousin Jean-Philippe qui était venu faire ses études à Seattle dans les années 90. Le monde est petit !!!


Mardi 4 juin - dernier jour en Corée du Sud

Pas grand chose à signaler aujourd'hui ; préparation de notre départ pour Seattle demain. Déjà 12 jours que nous sommes en Corée du Sud et il est temps de retrouver les grands espaces. De son côté, l'Envol continue sa progression au milieu du Pacifique ; pas un jour sans une petite pensée pour lui.


Mercredi 5 juin – Busan, Pekin, Seattle

A la base, on s'était dit : on ne fera pas de compte-rendu pour cette journée qui s'annonçait fatigante mais sans grand intérêt. En fait, et c'est ce qui fait l'attrait des voyages, il y a quand même des choses à raconter...

De Busan, nous prenons l'avion pour aller à Pékin. Première escale. Lors de l’enregistrement, on nous annonce qu'il y a un report de la correspondance Pékin-Seattle et que nous devrons probablement coucher sur Pékin. Qu'à cela ne tienne, nous ne sommes pas pressés et une nuit en Chine au frais de la princesse pourquoi pas. Nous nous posons tout de même la question du visa. Comment être accepté sur le sol chinois sans ce visa obligatoire ? Allez, on ne s'inquiète pas, ce n'est pas nous qui avons demandé le report du vol pour les USA. Dans l'aéroport, nous écrivons à Marilyn et Duane afin de les prévenir qu'il y a un report de notre arrivée.

Ensuite, le classique contrôle des bagages avant embarquement. Mon sac à dos passe une première fois au rayon X, la contrôleuse demande un second passage, nous vidons trousse de toilette ordinateur caméscope, troisième passage...

Monsieur s'il vous plaît, venez par ici avec votre sac. Les sacs à dos que nous avons ont de nombreuses poches et me voilà à les vider une par une. Je vous fais grâce de toutes les bricoles que l'on emmène en voyage. Persuadé qu'il n'y a aucun problème, je pose consciencieusement tous les objets sur la table.

Puis ma main rencontre dans le fonds d'un compartiment. Aie aie aie : une balle vide de Kalachnikov donnée en cadeau lors de notre passage en Russie !!!

Comme un enfant fautif, je sors tout penaud l'objet du « malentendu » !!!

Imaginez la tête du douanier qui, de suite nous dirige vers un bureau en nous demandant d'attendre.

Là, ça se bouscule un peu dans nos têtes. Une balle vide, ce n'est pas grave dans 10 minutes, on est parti... Puis d'un autre côté, on se dit que l'on ne connaît pas les lois du pays et que même vide, cela peut poser problème. Ensuite, nous échangeons avec un, deux, trois contrôleurs qui vont chercher des pinces pour ouvrir la balle ; elle est vide comme prévue !!!

Puis, nous patientons environ une demi-heure qui laisse un peu le temps de cogiter.

Mon passeport et le billet d'avion ne se sont jamais trop éloignés de notre vue, c'est plutôt bon signe. Enfin, un autre contrôleur arrive, chef de service ou quelque chose comme ça, nouvelle explication puis il nous rend le billet et le passeport en nous souhaitant bon voyage...

On était content de prendre l'avion !!!

Avant notre arrivée sur Pékin, on se voyait déjà aller aux informations pour expliquer notre cas en espérant qu'ils soient déjà prévenus. Dans la vie, en cas d'imprévu, ça ne passe pas souvent comme on a pu l'imaginer...

L'avion juste arrêté sur le sol chinois, aucun passager n'étant encore descendu de l'avion, deux chinois entre dans l'avion en demandant les deux passagers pour Seattle. Ben c'est nous !!! Ensuite, c'est un peu Pékin express : contrôle des papiers sans problème, des bagages (à cet endroit, la contrôleuse chinoise dégage une chaleur humaine proche de zéro), le sac à Dedette passera trois fois sous les rayons tout ça pour deux briquets. Puis, nous sommes accompagnés rapidement jusqu'à l'avion qui en fait était à l'heure prévu. 10h45 de vol et nous posons les pied sur le sol américain. Prise en charge de la voiture de location et nous nous rendons chez Marilyn et Duane qui compte tenu des infos données précédemment nous attendait pour demain. L'accueil est : « peut pas mieux faire » !!!

En résumer, et sans exagérer : vous êtes ici chez vous, vous restez le temps que vous voulez, pour manger, boire inutile de demander tout est à disposition. Dès que Duane a su que j'aimais la Leffe, il a sauté dans la voiture pour aller en chercher au supermarket du coin.

Alors, pour une journée où il n'y avait rien à raconter, il y en aura sûrement des plus monotones !!!


Jeudi 6 juin – Seattle, USA

Marilyn et Duane nous emmènent faire le tour de Seattle. La ville fondée au milieu du XIX siècle est située dans une région ou terre, mer et lacs sont étroitement imbriqués (très frappant sur Google Maps). Compte tenu de cette situation, l'air y est plutôt vif, et les points de vue sympas.

En fin de matinée, nous déambulons au Pike Place Market, marché célèbre de la ville. Toujours surpris de voir l'abondance de marchandises à disposition en de nombreux endroits de cette planète en contraste fort avec ce qui est vécu dans d'autres...

Marilyn et Duane nous offre le repas dans le restaurant où leur fils est chef de cuisine.

Dans l'après-midi, nous passons un bon moment auprès d'écluses pour petits et gros bateaux. Comme la moto, les bateaux représentent le voyage, l'ailleurs, l'aventure. Certaines expressions confirment cette sensation : larguer les amarres, mettre les voiles...

Nous sommes heureux de découvrir à nouveau le pays de l'oncle Sam ; bien loin des clichés de violence, de pollution et d'insécurité dont on nous parle souvent. Une sensation de respect des règles établies, de calme. Dans les quartiers, les gens que vous croisez sur le trottoir vous disent bonjour avec un petit sourire. Nous ne voulons pas dresser un tableau idyllique de l'Amérique, bien conscients des problèmes récurrents dans ce pays (mais quel pays n'en a pas), mais vous faire ressentir cette impression de sérénité déjà exprimé en Corée mais ici avec l'espace en plus !!! Ici on respire.


Vendredi 7 juin – Seattle, USA

Nous avons un peu de temps, alors ce matin un rdv est pris chez le coiffeur. Celui-ci est d'origine Éthiopienne, il nous parle avec plaisir de son pays.

Ne devant recevoir l'Envol que courant de semaine prochaine, nous avons décidé de visiter la presqu'île du côté Ouest de Seattle. Pour commencer, 40 minutes de Ferry afin d'éviter un long détour. Puis c'est un menu varié entre montagnes, forêts denses et routes côtières qui agrémente la balade. Ici les propriétaires de résidences en bord de côte ont quelquefois un accès privé jusqu'à la mer...

Il y a quelques années, on disait que la taille des voitures américaines avait beaucoup diminué. Ce n'est qu'en partie vrai. Les Pick-up démesurés ont toujours la cote.

En fin de journée, nous prenons une bière dans un bar où nous y rencontrons deux bikers qui nous offriront un verre.


Samedi 8 juin – Olympic National Park, USA

Aujourd'hui, nous prévoyons de faire le tour de l'Olympic National Park, la route faisant le tour de la montagne encore enneigée située au centre de ce parc. Le temps est sec mais brumeux et nous cache les sommets. Passé Port Angeles, le trafic est quasi nul et nous permet de profiter de forêts magnifiques ou les arbres Cédar atteignent des hauteurs inconnues en France. Un cèdre peut faire 50 m de haut et vivre 2000 ans.

Nous sommes venus plusieurs fois aux États-Unis et chaque fois cette impression que tout est plus grand qu'en Europe. La planète n'est pas plus étirée ici qu'ailleurs mais on a cette sensation que les paysages ont été dépliés !!! Les villes aussi avec leurs rues, leurs trottoirs très larges et leurs maisons non fermées par des clôtures. Et puis pour confirmer nos dires d'avant hier sur la sécurité : ici quand les motards partent en balade à pied ou vont faire leurs courses, ils laissent les casques sur la selle de la moto quelque soit la valeur des casques.

En fin d'après-midi, le temps se découvre et nous permet de faire des photos plus lumineuses.

Pour le coucher, nous évitons les hôtels de bord de mer ou de lac, les prix avoisinant les 120 dollars et prenons un motel traditionnel à 5O Usd. A propos d'argent, aux USA, les prix sont affichés hors taxes ; un peu surpris les premières fois (taxe 9%).


Dimanche 9 juin – Bon anniversaire Dedette

Journée spéciale : c'est l'anniversaire à Dedette. Départ du motel vers 11h. N'ayant rien pour le café au motel, nous nous arrêtons au premier bar au bord de la route. L'ambiance y est conviviale et chaleureuse. Des américains et américaines de tous âges s'y retrouvent pour jouer au billard.

Nous restons un bon moment dans cet endroit qui n'est pas sans nous rappeler les rencontres avec nos compères du Coletum moto club.

Dans la partie sud de la région, la forêt est agrémentée de parcs aux cèdres géants et de grandes prairies où les « farmers » ont élu domicile. Des maisons souvent en bois peints entourées de grands terrains propres et verts ; de gros pick-up et de grandes caravanes complétant le tableau.

Arrêt le soir à Chehalis où nous mettons un peu de temps pour trouver notre motel.

Demain, retour chez Marilyn et Duane où nous devons commencer à nous occuper de l'arrivée de l'Envol (douanes, visite au port) prévue vers le 13 juin.

TOUR DU MONDE EN SIDE CAR

Tout ce qui n'est pas partagé est perdu...

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player